Présentation

Publié en 2010, le Manifeste des Digital humanities affirme l’importance du numérique dans la recherche en lettres et SHS. Il insiste ainsi sur la nécessité de former une nouvelle génération de chercheur·se·s et enseignant·e·s sensibilé·e·s au numérique, et plus largement le besoin de faciliter l’épanouissement d’une culture numérique dans l’ensemble de la société. La création de l’association Humanistica et le lancement de la TGIR Huma-Num en 2013, la mise en place de nouvelles formations, et le fleurissement de projets de recherche intégrant pleinement les humanités numériques, témoignent de la progressive adoption de ces nouvelles méthodes et outils, annonçant le tournant numérique pris par la recherche, et plus largement par nos sociétés.

Comme le souligne le Manifeste des Digital humanities, ce tournant numérique a modifié nos manières de travailler et nous a apporté de nouveaux outils pour acquérir, interroger et diffuser nos données. Nous souhaitons ainsi participer à la définition et à la diffusion de bonnes pratiques, accompagnant des besoins disciplinaires et transdisciplinaires identifiés. Nous désirons faire émerger ces bonnes pratiques au moyen d’un dialogue fructueux au sein des communautés concernées. 

Il nous semble en effet primordial d’établir des échanges féconds entre les méthodes traditionnelles et les approches nouvelles proposées par les humanités numériques. Notre groupe est composé de jeunes chercheurs et chercheuses issus de champs disciplinaires divers. Nos échanges nous permettent ainsi de penser le numérique comme une “transdiscipline”, sans pour autant oublier les méthodes de nos champs d’origine. Nous essayons de définir des bonnes pratiques pour défendre une science libre et ouverte, dont les méthodes soient réplicables et les données accessibles, documentées et réutilisables. 

Nous défendons :

– La mise à disposition de chaînes de travail réutilisables
– Une recherche basée sur des données accessibles, réutilisables, pérennes
– Le développement d’outils libres de droit et documentés pour la communauté
– L’accès à la formation pour tous
– La formation d’une communauté d’échanges

Nous avons pour ambition de nous investir activement dans la diffusion des méthodes et des outils numériques pour permettre à tous ceux et toutes celles qui le souhaitent d’enrichir leur propre recherche grâce au numérique. Nous chercherons dans ce carnet à montrer ce que les humanités numériques apportent dans notre quotidien de chercheurs et chercheuses : comment elles dialoguent avec nos travaux disciplinaires, comment nous gérons leurs intégrations, comment nous mettons en place les protocoles de traitements des données et enfin, comment nous partageons nos sources, outils, méthodes et résultats.

Les membres de notre groupe proposent aussi régulièrement des formations, nécessaires à la mise en place de nouveaux projets numériques et au développement d’une culture numérique au sein de la communauté des lettres et des SHS. Une meilleure diffusion des savoirs est en effet primordiale pour former la nouvelle génération de chercheurs et chercheuses, et ainsi faciliter le tournant numérique (nous les annoncerons via l’onglet événement de notre blog).

Ariane Pinche, Matthias Gille-Levenson, Marie Puren